scooter-foin-bali

Le Parc National Barat : la jungle à Bali

Nous y voilà. C’est le premier trip de Lama & Ganesh et on file direction le Parc National Barat. J’attends patiement à Lio Square Lama et Abhu ( voir portrait Abhu ). La veille, nous avons passé la soirée Couchsurfing dans ce même endroit à planifier notre voyage, récupérer une toile de tente et mettre en garde le Lama pour son premier trip à Bali. Pour son baptême, nous roulerons sur le tronçon ouest de Bali celui rempli camions à la fumée noire pour arriver dans l’unique parc national de l’ile : Barat ses singes, sa jungle & le silence.

Se rendre au Parc National Barat

« L’important, ce n’est pas la destination, c’est le voyage. »

Nous rencontrons plusieurs péripéties dans ce trajet vers le Parc National Barat.

Les routes étroites empêchent les dépassements en commun des camions. Nous passons une large partie de notre temps à nous attendre les uns, les autres sur les bords de la route. Chaque petite pause permet de chercher l’endroit idéal pour le cliché parfait : celui où les palmerais abritent les rizières éclaboussées par les vagues de l’océan. Tellement typique !

Je l’ai prise …..

plus-belle-riziere-bali

Paysage de la route du Parc National de Barat

… Mais il m’a coûté une bonne heure de retard sur mes compagnons à cause d’un camion et d’une crevaison. Comme dans toute mésaventure, il y’a une belle histoire:

Après deux kilomètres à rouler sur mes jantes, je cherche mon téléphone perdu… Impossible de me faire assister, mes camarades se reposent dans un champ. En face d’une sublime palmeraie, je vois un panneau avec un pneu accroché sur un palmier : Harmony Motor..

J’entre sur le terrain, au fond dans un vieux canapé dans lequel se repose un sosie de Ronaldo coupe du monde 2002 -lorsqu’il avait son pubis sur la tête- et un T-shirt troué. Je le réveille. Après avoir usé mes 3 expressions indonésiennes, je lui montre ma roue. Problème, il n’y aucun instrument dans son garage. La solution : une bassine, une rustine et c’est reparti.

crevaison-scooter-bali-garage

Contre temps sur la route du Parc National de Barat

Nous reprenons la route du Parc National Barat.. Une petite zone montagneuse corse la conduite. Le petit Vario de Lama crache tout sa puissance pour franchir en grande difficulté cette partie.. Comme des as du volant, nous nous faufilons entre le voitures à droite, à gauche, sur les trottoirs, sur les rebords, dans le fossé… (non mais presque).. Le klaxon devient un défouloir et ne s’interrompt jamais. au final une dizaine de kilomètres de circulation bloquée…….à cause d’un petit scooter transportant une dizaine de poules….

Après 4 heures de routes, il est temps de prendre une pause déjeuner. Nous sommes déjà dépaysé à Negara, seulement à une petite centaine de km de Denpasar. Les changements sont symboliques: les mosquées remplacent les temples, les Warung hallal retirent le babi guling (plat traditionnel à base de porc) de leur carte. Nous mangerons rapidement dans un street restaurant quelques brochettes assis sur des sièges jamais lavés et tenant sur 3 pieds au lieu de 4.

La voie est dégagée, les paysages plongeant sur l’océan se multiplient, les petites ponts proposent des plages cachées sur bas côté et les rizières sont visibles à perte vue. Puis ce décor s’estompent pour être remplacé petit à petit par des longues lignes droites assombries par les arbres. Après les camions, il faut maintenant esquiver les singes, c’est bon signe. C’est la jungle, Parc National Barat nous ouvre ces portes. Nous sommes arrivés au bon endroit.

bouchon-route-bali-Barat

Bouchon sur la route du Parc National de Barat

Quelques conseils pour conduire à Bali

Si vous crevez à Bali.. Ne paniquez pas. Il y’a toujours un garage ouvert. (24/24 — 7/7) faîtes quelques kilomètre sur votre jante et vous trouverez. Les locaux vont aideront. Le coût d’une réparation varie entre 10 000 rupiah et 70 000 ruppiah. Contrairement à la France, les garagistes sont honnêtes.

Dans les embouteillages soyez patient et attendez le bon moment pour dépasser un camion. Les routes sont étroites et une erreur est si vite arrivé.

Camper au Parc National Barat

Après une petite dizaine de kilomètre à chercher une trace de vie et un lieu de campement, nous trouvons un point d’information près d’un petit port :

Nous avons deux options pour dormir :

  • Le confort du resort : piscine avec des sources d’eau chaude, petit bungallow, bar, plage privée avec une vue partfaite pour le coucher de soleil
  • option backpackers : négocier avec un garde côtier pour dormir dans un abri ou dans votre tente.

Nous avons mixé le confort des deux, nous sommes rentrés discrètement dans un resort pour profiter des couleurs du coucher de soleil sur le petit port…

Après avoir négocié, nous repartons à la recherche du spot parfait pour le coucher de soleil au Parc National Barat. C’est une course contre la montre, nous avons 15 minutes pour trouver l’endroit idéal.

Pas le temps d’hésiter, nous entrons dans le premier, nous posons nos scooters sur le parking. Puis avec nos gros sacs à dos, transpiration et looks de backpackers, nous pénétrons dans ce village ultra luxe. (héhé! =D). Il y’a des sources d’eaux chaudes naturelles, des petites villas, mais nous n’avons qu’une obsession. Profiter du reflet des couleurs du ciel sur le petit port pour prendre pleins de photos et les poster sur Facebook. (les petits plaisirs modernes).

sunset-bali-voyage-parc national barat

Sunset au Parc National Barat

Chose faite, nous trouvons un petit magasins: nous achetons quelques bintangs, des gateaux et des bananes pour la nuit. Nous dégustons tout ça et laissons les sacs dans un petit abri. Nous profitons du reflet de la pleine lune sur l’eau et d’une vue magnifique sur les presques-iles du Nord au réveil. Magique.

Fatigués nous nous couchons dans la tente, sauf Lama …

Les tentes c’est pour les laches !

Fier de lui dans un premier temps pour son esprit aventurier… Il va rapidement changé d’avis, une fois entouré et intimidé par les singes… Il se fera même voler sa lampe torche.

Découvrir la jungle du Parc National Barat à Bali

Pour découvrir le Nord de l’île, il y’a 3 zones :

  • Le snorkeling : pour une aventure sous marine avec des requins et coraux.
  • La savane : pour une observation aux jumelles à la recherche de quelques singes, oiseaux et cerfs (oui, oui.)
  • Un treck dans la jungle : pour sauter de liane en liane et donner des bananes aux singes.

Aucun d’entre nous ayant réalisé la troisième option auparavant, nous la choisissons. Les tongues au pied, les billets dans la poche de notre guide Ketut ( 400k IDR pour 3 personnes et 2 heures de treck ) et quelques bouteilles d’eau nous partons.

Alors à quoi ressemble la jungle du Parc National Barat ? La première partie se situe au bord de l’eau, les racines des mangrooves absorbent l’oxygène et recouvrent le sol. Plus on s’enfonce, plus l’on découvre les différentes fonctions aux lianes :

  • pour serrer un objet : Les lianes sont aussi tendues qu’un fil de fer
  • pour s’asseoir et se balancer : Idéal pour une photo Facebook
  • pour se faire une session Tarzan : parfait pour se promener de lianes en lianes et éviter les obstacles
Happy Three Friends

Happy Three Friends – Parc national Barat

Le petit chemin de terre monte, les tongues deviennent un petit désavantage de confort. Je décide de traverser la jungle pied nu pour mieux m’agripper. C’est ça l’aventure !

La terre collée au pied vaut le coup, en haut la vue est incroyable. Les oiseaux s’harmonisent aux accords du Ukulélé de Lama. Ketut cherche des petites pierres précieuses dans le sol. Sur le chemin du retour, nous cherchons en vain quelques singes, nous trouverons une petite ferme à la place. C’est déjà çà.

Le trajet terminé, nous attendons sur le bord de la route. Le temps est passé vite. Nous regrettons de ne pas avoir pris une randonnée de 6 heures pour s’enfoncer plus dans la jungle du Parc National Barat et s’éloigner du bruit de la route.

La rencontre avec des paysans balinais:

ganesh-et-ami

New friend – Parc National Barat

Ketut notre guide raccompagne Abhu au point de départ, pendant ce temps les habitants du village nous interpellent. Nous descendons pour rejoindre la fête a frontiere du Parc National Barat.

Les balinais sont accroupis en cercle, le chef sert de l’arak (l’équivalent de notre « Poire » à base de riz et coco) à tout le monde. Nous devons suivre ses instructions :

  • au premier tour de ronde, nous prenons un shot pour saluer tout le monde
  • à la seconde tournée, nous demandons la permission de prendre place
  • pour le troisième coup et dernier,  nous buvons pour remercier nos hôtes.

(Parents lecteurs, rassurez-vous, nous n’avons bu des petits shots, car nous devons prendre la route ensuite)

Plus que ravis d’avoir des touristes avec eux, les balinais sourient, rient, partagent tout ce qu’ils peuvent / ont. L’occasion d’une belle séance photos.

La seconde tradition représente l’hospitalité balinaise. Nous dégustons  des brochettes de poissons mélangés à des épices, des fruits à éplucher bien juteux, du porc épicé. Un régal. Pour le désert, nous avons le droit à un atelier cueillette de Salak et surtout épluchage du fruit. Une grande partie étant toxique.

1 heure plus tard, nous nous souvenons qu’Abhu patiente… Nous n’avons pas vu le temps passé et repartons avec un grand sac de fruit pour le trajet.

Le retour du Parc National Barat

Après ce festin, nous enfourchons notre scooteur pour le trajet du retour. Pour compléter la route, nos scooteurs se dirigent vers le Nord. Après quelques pointes de vitesses (75km quoi !) sur les grandes routes dégagées, nous arrivons en face de notre principal obstacle. Les montagnes du centre : les pentes dépassent facilement les 10%, les camions atteignent péniblement les 20km et cerise sur la pluie s’invite sur notre passage.

Les températures chutent rapidement, nous enfilons nos panchos et gros manteaux. Ces conditions difficiles nous plaisent pour le challenge, le défi et les pauses à s’attendre, prendre des photos, magnifiques. Je crois savoir que la portion de route qui nous amène Bedugul est l’un des itineraires préféré de Lama, lorsque le ciel est dégager on a l’impression de rouler sur le sommet d’une montagne.

La nuit venue, nous ralentissons notre rythme, la fatigue se fait ressortir. Après 5 heures assis, le Parc National Barat est désormé loin, il est temps de fermer les yeux et s’allonger pour rêver de ce week-end à travers tous les éléments de la nature.


 

Quelques photos du Parc National Barat ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *